Mini Transat 2015 - Premier Acte

October 13, 2015

Holà todos! Je suis arrivé depuis 15 jours déjà au pays de l'aloe vera et, bien que j'apprécie grandement ces vacances technologiques, cela fait bien longtemps que j'aurai dû vous écrire! Voilà donc un petit retour sur cette première traversée jusqu'aux Canaries! En bref, huit jours de navigation dans des conditions musclées et ensoleillées, quelques bonnes décisions sur l'eau et un objectif sportif atteint et dépassé. Que du bonheur! Je vous propose de reprendre en partie mon journal de bord afin que vous ayez une meilleure idée du déroulement du film.

 

Vendredi 18 Septembre, 23h15

Veille du départ, les dix derniers jours de préparation ont été particulièrement épuisants. Prenez la petite angoisse de faire votre valise avant de partir trois mois loin de tout, multipliez la par les 15 ans passés à rêver de la transat, ajoutez la fatigue et la pression de la procédure de départ avec 70 bateaux sur l'eau, saupoudrez d'un enchaînement continu de contrôles sécu, interviews et allez-retours dans tous les magasins du coin et vous aurez une idée. À ce moment je suis encore en train de rentrer des waypoints dans mon gps (sans savoir qu'il n'a plus qu'un jour à vivre) et en profite pour oublier de racheter des piles pour mon gps portable (qui va bientôt rafler le rôle principal). J'essaie de me détendre, je repense surtout au long défilé de visages de proches venus en nombre, je me dit qu'ils sont géniaux, je recompose les deux dernières années de préparation image par image, moments de bonheur sur l'eau, galères d'argent, de chantier. On y est enfin, à partir de maintenant c'est que du bonus.

 

Samedi 19 Septembre, 13h

Je quitte enfin le ponton, grand-voile et solent montent, je reprends mes repères doucement. 
C'est la première fois qu'il y a du monde qui me suit en zodiac avant un départ alors j'essaie de pas faire trop de conneries. Petit bord sous spi pour se dérouiller un peu et faire chauffer les winchs, et puis route sur la ligne de départ!

 

Samedi 19 Septembre, 15h

Bon départ! On attaque la remontée de la baie de Douarnenez, on est dans le groupe de devant et c'est bon pour le moral. Amis et familles me suivent presque jusqu'au coucher du soleil. C'est pas rien de voir les zodiacs s'éloigner. Je me sens un peu triste de ne pas les emmener tous avec moi. On sort de la baie en début de nuit, c'est parti pour les bêtises, on va se battre!

 

Dimanche 20 Septembre, 11h45 UTC

"Plongé ce matin pour algues. Suis tombé sur gros fish, ai survécu. Je navigue litéralement sur un océan de dauphins. Position très au nord de la flotte, probablement très mauvais au classement."

 

Pas simple de se retrouver rapidement loin du peloton de tête et dans un vent quasi nul. L'objectif est de continuer vers l'Ouest pour traverser le front froid en approche, en espérant le toucher avant les bateaux dans le sud.

 

 

Lundi 21 Septembre, 06h30 UTC

"Passé plusieurs fronts, ai décidé de virer pour ne pas trop prendre de risque. Probable front secondaire en approche. Suis très fatigué depuis le départ, pas encore pris le rythme."

 

Entre la pétole du début et l'instabilité du vent à l'approche du front, très peu de temps pour établir un rythme à bord et rattraper la fatigue du départ. Le vent va monter progressivement jusqu'à 25nds dans la nuit. Je décide de déscendre sous deux voiles pour pouvoir dormir avant l'arrivée au cap Finisterre. Objectif: dormir sur les bords simples à négocier au pilote pour investir dans les bords de portant dans la brise qui sont à venir.

 

Mardi 22 Septembre, 09h00 UTC

"Nuit de sommeil complète sous pilote, très frustré au réveil de ne pas avoir appuyé plus. J'ai envoyé le gennack, décision prise sur passage DST, quitté canal VHF de course, maintenant on arrête les conneries."

 

Ok, ça commence enfin à causer. Je prends la décision de passer à l'Ouest de la zone de traffic des cargo car la zone proche de la côte a tendance à être moins ventée par vent de Nord Ouest (le vent "rebondit" contre la côte et créé une zone instable et de vent faible). Pas simple de prendre une décision en entendant les skippers autours donnant des avis divergents, je coupe ma VHF quelques heures pour ne pas être influencé.

 

Mardi 22 Septembre, 18h30 UTC

"Grand spi en tête, pas beaucoup de vent mais ça ne va pas durer. Passage DST pas mal, du vent tout le temps, merci le gennack tout neuf! Gps HS, pas bon pour jouer avec les cargos.."

 

Je remonte au classement et je me retrouve avec des bateaux que je n'avais pas croisé depuis Douarnenez. Je suis en forme et prêt à attaquer quand le vent va monter. Un peu stressé par les cargos car je ne peux plus voir nos routes de collision à l'AIS (mon GPS a pris une vague de trop). Finalement je décide de faire ma route et j'appelle à la VHF les cargos que je croise pas loin.

 

Mercredi 23 Septembre, 10h30 UTC

"Naviguez capot fermé les gars!" (Arnaud Machado, 832)

 

Les conditions se renforcent rapidement et on navigue maintenant dans 20-25 noeuds établis, la mer commence à bien se creuser. Je dois passer de plus en plus de temps à la barre, plus le temps pour remplir mon journal de bord. Le jeux devient intéressant, il faut réussir à faire avancer le bateau sans casser et dans une configuration permettant quand même de mettre le pilote et dormir. Ce dernier point devient une véritable obsession. Je dors surtout dehors dans le cockpit pour être prêt à manoeuvrer et pour ne pas entendre la cacophonie qui reigne à l'intérieur lorsque le bateau surf. 

 

Mercredi 23 Septembre, 15h30 UTC

a tartine!"

 

Probablement une de mes plus belles journées de navigation, modulo la peur de casser du matériel. Le bateau s'élance dans de grands surfs à plus de 15 noeuds, les vagues se succèdent aux vagues et défilent à une vitesse folle. Dans un grand ciel bleu, le soleil portugais suggère que rien de grâve n'arrivera au fidèle 514 qui fait face sans broncher. Je suis hyper excité quand je réalise que je suis remonté dans le top 15. On est sur les portières, et on attaque!  

 

Jeudi 24 Septembre, 11h30 UTC

Route sur Lanzarote! J'entends le classement à la BLU et apprends que je suis neuvième! Il reste de la route, mais le plus difficile est fait. Déscendre sous spi plein vent arrière s'apparente à des vacances comparé aux conditions que l'on a habituellement. Personne à la VHF ni à l'AIS, j'essaie de suivre un rythme constant de siestes, repas et conduite du bateau, un peu de routine ne fait pas de mal. La météo annonce du vent soutenu à l'Est des Canaries, j'hésite un peu et décide de rester proche de la route directe.

 

Vendredi 25 Septembre, 15h00 UTC

Pas de bulletin météo ni de classement aujourd'hui, pas très rassurant car je ne sais vraiment pas où sont les autres. Le vent molli, m'obligeant à m'éloigner de la route pour rester rapide. Je décide de pousser vers l'Ouest pour aller chercher une bascule de vent annoncée la veille. J'espère que la prévision n'a pas changé.. Je vous passe le couplet sur les beaux ciels bleus et les grands horizons. Le décor est surréaliste, la température monte chaque jour, cirés et bottes sont au placcard. Etrange sensation que de se rendre compte qu'on est maintenant à la latitude de Tanger, puis de Casablanca, etc. Je pensais écrire, lire des pages et des pages, mais j'oscille plutôt entre contemplation sourde et concentration sur la marche du bateau. On devrait tous vivre de telles immersions au présent, ça vaut toutes les thérapies.

 

Samedi 26 Septembre, 15h00 UTC

Toujours pas de météo ni de classement. Je m'inquiète sur ma position, étant parti un peu loin dans l'Ouest à mon goût. C'est l'heure des grands calculs. Impossible de dormir!

 

Dimanche 27 Septembre, 04h30 UTC

Je suis presque à portée de fusil du groupe de trois bateaux devant moi et fais feu de tous bois pour essayer de les rattraper. La fatigue commence à vraiment se sentir et plus l'arrivée approche plus je perds en lucidité. Je me trompe sur le waypoint d'arrivée et le mets à 30 miles à l'Est des Canaries. Me voilà parti à fond les ballons sans savoir que je m'éloigne franchement de la route directe!

 

Dimanche 27 Septembre, 15h00 UTC

"Wouhouuu les Canaries!!"

Après une semaine sans voir la terre on a du mal à croire qu'elle apparaîsse comme ça! Avec mon histoire de mauvais waypoints je passe la journée à angoisser au point de croire que toute la flotte est passée devant moi et que je ne trouverai jamais les Canaries. C'est pas si grave mais je perds au moins une place au classement. Euphorie à bord quand je vois les îles se dessiner enfin à l'horizon!

 

Dimanche 27 Septembre, 19h34 UTC

La tension qui règne à bord pendant les quelques heures qui précèdent le passage de la ligne est indescriptible. Et puis après c'est la libération, l'arrivée du zodiac, la présence surprise de mon frère, les retrouvailles avec mon colloc (Nico, 630). Je suis un peu déçu de mes 24 dernières heures de course, mais me réjouis à l'idée d'avoir atteint l'objectif de départ! 

 

Voilà, maintenant on profite des Canaries et on se "repose" :) Il faut surtout garder en tête que seul le premier tier de la course est fini. Il reste le gros morçeau et ça ne va pas être simple! Sur une course de plus de quinze jours les écarts peuvent être énormes. Rien n'est joué, donc, et j'ai plus que jamais envie de me battre pour maintenir et améliorer mon classement. 

 

Merci à tous pour avoir suivi cette première étape avec autant d'énergie. Vos messages m'ont fait énormément plaisir et me gonflent à bloc pour la suite. Un merci tout particulier à mes partenaires principaux qui ont rendu cette aventure possible: ADI COMPTA, SIM GRANVILLE et GROUPE MAISONNEUVE. 

 

Je vous embrasse et vous donne rendez-vous le 31 Octobre pour le départ d'une deuxième étape qui va envoyer du bois!

 

Amicalement,

Edouard

Please reload

Featured Posts

Teaser - Saison 2014

December 1, 2014

1/4
Please reload

Recent Posts
Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic