The Transat - Le point juste avant la mi-course!

May 8, 2016



A l'heure où nous écrivons ces lignes Edouard et ses concurrents en Class40 sont presque à mi-course c'est à dire à mi-chemin entre Plymouth et New-York! Edouard est dans le match et pointe pour l'instant à la quatrième position! Si vous n'avez pas eu le temps de suivre son début de course, voici la séance de rattrapage...

Une violente dépression en sortie de Golfe de Gascogne

Après un début de course dans des petits airs - plus technique que violent - la flotte a dû traverser hier une violente dépression avec des vents soufflant à 45 noeuds. Joint par téléphone satellite, Edouard nous raconte son baptême du feu : "c’était un peu stressant avant, mais après c’était un super spectacle : des vagues hallucinantes, une vue de dingue ! Moi, je n’étais jamais allé dans plus de 45 nœuds, et c’était assez incroyable ! Je n’ai pas non plus beaucoup d’expérience en Class40 et c’est un peu frustrant parce que que j’aimerais appuyer dessus un peu plus et garder un peu de terrain par rapport aux petits copains d’en face. Mais c’est déjà pas mal, je suis content d’être là où je suis, je ne suis pas trop mal."

Lorsque le vent soufflait au plus fort, il nous avait aussi envoyé par mail : "On est dans le fort du vent, bord à bord avec Robin. J'ai fait un surf à 24nds suivi d'un gros planté. J'ai complètement affalé la GV et suis sous trinquette seule. Le vent souffle à 40nds établis et ça monte pas loin de 50, ça surfe encore jusqu'à 18nds." A croire que parfois on décrit mieux une situation avec des mots qu'avec un appareil photo...

Des concurrents affaiblis par des avaries

 

La sortie de Manche qui s'est déroulée dans des conditions de vent et de mer maniables n'a pas pour autant épargné la flotte des Class40, dont la première victime a été Maxime Sorel (VandB), pourtant l'un des favoris de la course. Le skipper s'est fait surprendre par un cargo qu'il a percuté perpendiculairement et de plein fouet. Heureusement Maxime ne s'est pas blessé dans la collision mais il a dû se dérouter vers La Trinité-sur-Mer. Après y avoir évalué les dégâts il a finalement décidé d'abandonner la course.

C'est la vilaine dépression d'hier qui a le plus impacté la flotte. Edouard, qui avait pendant les 48 heures précédentes bien anticipé la trajectoire du phénomène a réussi à se faufiler au Nord de son centre. Il a donc eu des vents à la fois portants et moins forts qu'au sud. Son voisin de ponton à Plymouth Armel Tripon (BlackPepper) a lui été condamné par son positionnement Sud à passer en dessous du centre d'action : il a donc dû affronter des vents de face et supérieurs à 50 noeuds. Après avoir cassé du matériel et navigué en fuite pendant plusieurs heures (c'est à dire vent arrière et à sec de toile), il a fait savoir hier qu'il se déroutait vers les Acores pour gérer ses soucis techniques. Edouard qui a pris connaissance de sa situation a fait savoir qu'il pensait bien à lui et qu'il espérait tout de même le revoir avec son bateau sur les pontons de Brooklyn à l'arrivée.

Les skippers passés au Nord du phénomène comme Edouard n'ont pas pour autant été épargnés car on ne traverse pas des vents de 45 noeuds indemne. D'après les informations dont nous disposons il semblerait que Robin Marais (Esprit Scout) et Thibault Vauchel-Camus (Solidaires en Peloton) aient des soucis de Grand-Voile et que Phil Sharp ait déchiré l'une de ses voiles de portant. De notre côté Edouard a bien réussi à préserver sa monture et n'a fait part d'aucune casse matérielle importante à bord à l'exception d'une filière cassée : une avarie bénigne et un prix tout à fait honorable à payer par rapport à la violence du phénomène traversé!
 

Un coup à faire?

A la sortie de cette dépression compliquée Edouard et ses collègues se retrouvent sur un long bord de tribord amure en attendant le prochain système météo sur leur route : une nouvelle dorsale anticyclonique bouleversée par des dépressions en genèse au large du Canada. Edouard nous prévient: "Pour la suite, les prévisions météo ne sont pas simples du tout, il y a un routage optimal qui nous fait monter très haut, mais on peut être collé sur la zone des glaces [zone d'iceberg interdite à la navigation] et se retrouver à faire du près dans ce coin là, ce qui ne m’enchante pas trop. Tout est ouvert."

 

La flotte des Class40 (exepté Armel Tripon) au septième jour de course.
Edouard (Normandie) pointe en quatrième position!


Edouard qui avait négocié le passage de dépression bord-à-bord avec Robin Marais (Esprit Scout) a réussi à remettre du charbon et à faire le break. Aux avant-postes de la course on retrouve Isabelle Joschke (Generali) ainsi que Thibault Vauchel-Camus (Solidaires en Peloton), tous les deux auteurs d'une course formidable. Leur ancien partenaire de jeu Phil Sharp (Imerys) a dû effectuer une pénalité après qu'il ait traversé une zone réservée aux cargos et interdite à la navigation à la pointe espagnole. Il a dû patienter pendant 6 heures à la même longitude. Sa dette payée, il se retrouve à portée de fusil d'Edouard, qui le voit à seulement 15 milles devant son étrave. Au Sud, Louis Duc (Carac) tente une option osée qui pourraient peut être s'avérer infructueuse. 

Quoiqu'il arrive la situation météo s'annonce compliquée pour les jours à venir et le plus dur reste à faire. Néanmoins, les plus optimistes d'entre nous ne peuvent s'empêcher de penser qu'il y a quand même un bon coup à faire!

Des soucis d'énergie réglés

Pourtant les premières nouvelles du bord n'ont pas été des plus rassurantes. Dès la première après midi de course la pile à combustible du bateau - qui avait pourtant marché toute la semaine au ponton à Plymouth - ne voulait pas démarrer. Cette machine qui transforme le méthanol en courant électrique est le moyen de recharge principal du bord. Edouard a donc été contraint de faire tourner son unique autre moyen de recharge du bord qui est son moteur in-board (en prenant bien soin de ne pas embrayer l'hélice, car cela le disqualifierait de la course).

Toutefois, les réserves de carburant ne lui permettait pas de rallier New-York sans drastiquement réduire sa consommation, ce qui aurait gravement nuit à la performance du couple bateau/skipper. Une situation à rendre fou notre skipper qui avait le sentiment "de regarder fondre ses réserves de diesel en étant assis sur une mine d'or de méthanol, sans pouvoir en faire de l'électricité!" avait-il confié par téléphone satellite. Surtout qu'il ne pouvait pas reverser le liquide toxique à la mer pour gagner en poids et aller plus vite...

Hier cependant la pile à combustible, réveillée par les secousses de la dépression qu'a traversée Edouard, a décidé de démarrer sans que nous ne sachions trop pourquoi. Si on ne peut évidemment pas s'en plaindre, on espère toutefois qu'elle ne change pas d'avis d'ici New-York! Mais jusqu'ici tout va bien...

POST-SCRIPTUM

PS1 : Si la douce voix d'Edouard vous manquait, retrouvez ICI l'enregistrement de la vacation journalière d'hier (où Edouard a finalement pu participer suite à la bonne nouvelle concernant sa pile à combustible).

PS2 : N'oubliez pas qu'Edouard a besoin de vous! Comme écrit dans la précédente newsletter, si vous souhaitez lui faire parvenir un message de soutien, envoyez un mail à nicolas.destais@gmail.com (attention : 30 mots par jour et par personne seulement!). Votre message lui sera transmis sous 24 heures.

Classement

Pointage le Dimanche 08 mai à 21h (UTC+2)
1 - THIBAUT VAUCHEL - CAMUS (SOLIDAIRES EN PELOTON) à 1758 milles de l'arrivée
2 - ISABELLE JOSCHKE (GENERALI) à 5.3 milles du leader
3 - PHIL SHARP (IMERIS) à 46.7 milles
4 - EDOUARD GOLBERY (NORMANDIE) à 62.2 milles
5 - LOUIS DUC (CARAC) à 80.9 milles
6 - ROBIN MARAIS (ESPRIT SCOUT) à 116.1 milles
7 - ANNA-MARIA RENKEN (NIVEA) à 190.2 milles
8 - HIROSHI KITADA (KIHO) à 232.6 milles
9 - ARMEL TRIPON (BLACK PEPPER) à 396.8 milles
ABD - MAXIME SOREL (VANDB)


#GoEdouard !

 

Please reload

Featured Posts

Teaser - Saison 2014

December 1, 2014

1/4
Please reload

Recent Posts
Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

Golden Team SAS - 834 247 314 R.C.S. Coutances